BOUGER

Doucement mais sûrement

J’ai commencé la course à pied il y a presque deux ans, un peu sur un coup de tête, en regardant des coureurs heureux à Central Park. Je me suis dite que moi aussi je voulais être comme eux : beaux et heureux. Puisque je suis dotée de deux jambes et deux pieds, je ne voyais aucun obstacle à la mise en pratique de ce petit projet.
Du coup, chaussures flamboyantes aux pieds (from NYC hein !), je me suis mise à trottiner. Et là, l’horreur !
Je me sentais comme une pomme de terre, rouge poivron, transpirante, les cheveux qui partent dans tous les sens, la posture d’un barbapapa, les bières, les clopes, les cupcakes qui défilaient dans ma tête durant les 10 minutes de « course » que j’avais le courage de faire (oui, 10 minutes c’était le « seuil-avant-avc »).
Car au bout de la rue j’arrivais, pas plus. Un kilomètre et une banane.
Central Park était très loin.
Ma mère aussi.
Alors bon, normalement je me serais arrêtée, vaincue par quelques kilos de plus et des poumons entrainés comme ceux d’un hamster. Mais le hasard fait bien les choses, et là mon chemin croise celui d’Anne et Alice.
Alice & Anne, à l’époque deux filles que je connaissais de loin et que j’appréciais particulièrement, me demandent si j’étais intéressée à participer au projet « A2Running », qui consistait à courir sur les quais de Bordeaux une fois par semaine en groupe, histoire de se motiver et ne pas rester kidnappé par le canapé. De plus, il n’y avait pas d’ambition de performance : chacun à son rythme, le but était de courir ensemble et se motiver entre nous.
J’ai prononcé un oui poussé plus par l’enthousiasme d’être en groupe que par l’idée de courir avec des gens car :

– la course à pied était encore horrible et terrible. Mes progrès se comptaient à bouts de 200 mètres.
– durant la course je pouvais À PEINE respirer.. hors de question la possibilité de papoter, discuter etc.. enfin, ce n’était pas possible, point.
J’ai donc accepté à condition de ne pas prononcer un mot durant la course.

Depuis la première session, plus de deux ans se sont écoulés. Je les résume en faisant une liste.
– A2Running est devenu ma famille
– A2Running a grandi comme une grande famille : on était 5 filles avec beaucoup de bonnes intentions, on est une association qui fait courir chaque mardi et jeudi 120 personnes en moyenne. Tous niveaux. Tous ensemble. Personne est laissé seule.
– J’ai réussi à courir au-delà de ma rue.
– Je peux avoir une conversation en courant 🙂 le step suivant sera avoir une conversation au téléphone en courant, car OUI c’est possible, je l’ai vu faire par Alice !
– Si tu ne veux pas te mettre à courir, tu n’y arriveras pas. C’est con, mais c’est vrai.
– Le 20 septembre dernier j’ai terminé les 20 km de Paris avec Alice et le gang A2, ce fut un des jours plus beaux de ma vie.
– Je suis inscrite au Marathon de Paris pour 2016 : ça me fait très peur, mais je veux arriver au bout.
– Mon motto, parmi plein d’autres, est « doucement mais sûrement » : si tu veux te mettre à la course à pied, écoute ton corps et commence par une allure qui te convient. Si tu veux réussir, il faut juste avoir la volonté et ne pas lâcher, jamais.
Courir est toujours le plus beau cadeau que je puisse faire à moi même.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *