PENSER

The Happiness Project

Durant ces vacances estivales j’ai fait une grosse coupure avec internet et en particulier Facebook. Ce premier semestre 2016 a été assez éprouvant émotionnellement et physiquement. J’avais besoin de me ressourcer « pour de vrai », d’enlever toutes sources de stress inutiles et de créer un nouvel espace où me retrouver.
Dernièrement, je m’étais rendue compte que j’étais très étouffée par les fameuses « notifications » Facebook. J’ai bien modifié mes paramètres, mais les notifications c’est comme les mauvaises herbes, ça repousse tout le temps. Comment faire pour ne pas être envahie par ce système qui peu me convient, sans effacer mon profil ? J’ai trouvé la solution, simple et efficace : éliminer l’appli Facebook de mon téléphone. J’aime les réseaux sociaux pour plusieurs raisons, mais je n’aime pas être dérangée toutes les deux secondes. Je veux pouvoir choisir quand je veux regarder Facebook, et quand je ne le veux pas. Durant ces trois semaines de vacances, j’ai donc fait l’expérience de ne pas avoir Facebook avec moi (et internet très très peu car là où j’étais il n’y avait pas de connexion).

Résultat ? J’ai lu 6 livres ; éliminé toute la pollution inutile de ma tête ; rêvé les yeux ouverts ; senti la lavande embaumer l’air ; regardé les étoiles ; écouté les étrangers parler des langues que je ne connais pas ; écouté des CD entiers étalée sur le lit ; vu les couleurs de la nature ; far niente et sentir la présence aveuglante temps.

Ce fut merveilleux.

The Happiness Project, écrit par Gretchen Rubin, est un des six livres lus durant cette pause estivale. Un livre sur la quête du bonheur — bien sûr ! — écrit par une femme, maman de deux enfants, écrivaine, journaliste et dévoratrice de livres. (Si vous avez envie de lire sa bio version longue, là voici (en anglais) http://gretchenrubin.com/about)

Ce que j’ai apprécié de ce livre :

  • L’idée de le diviser en 12 mois et de se focaliser sur un changement particulier à chaque fois. 
  • Le fait que dans la recherche et dans l’essai, l’échec existe. Il fait partie de l’aventure et l’accepter rend toute expérience unique et « entière ».
  • Chacun est auteur et maître de sa propre recette du bonheur : à chacun de nous de trouver ses ingrédients uniques ! 

Ce que je n’ai pas apprécié :

  • Parfois les témoignages sont un peu longs… j’avoue que je n’ai pas lu tous les retours d’expérience (mais probablement parce que certains sujets me touchent plus que d’autres)
  • Beaucoup de références à des livres/recherches/essais de façon un peu « scolaire ». C’est génial pour approfondir le sujet, mais personnellement je préfère une écriture moins ponctuée par des titres.

C’est un livre qui m’a certainement fait réfléchir sur moi-même et sur le fait que je suis la seule personne responsable de mon bonheur, toujours. Et c’est un beau rappel car j’ai souvent tendance à oublier les évidences. 

Je crois aussi que l’appli Facebook n’apparaitra plus sur mon écran de téléphone, et ça c’est un des petits ingrédients de mon bonheur. Je l’utiliserai via mon ordinateur, quand je veux et de la façon dont je le souhaite.

PS : Le livre a été traduit en français comme Opération Bonheur et il est édité par Belfond et/ou Pocket. À acheter chez votre libraire de confiance !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *