PENSER

Les quatre accords toltèques de Miguel Ruiz

Je viens tout juste de terminer Les quatre accords toltèques de Miguel Ruiz, petit bouquin d’une centaine de pages, sorti du rayon « développement personnel ».
Cet essai illustre les 4 « accords » – ou croyances – qui limitent notre esprit et notre champ d’action depuis notre naissance selon les Toltèques, peuple mexicain constitué pour la plupart d’artistes et de scientifiques. Cette connaissance ancestrale a pu se perpétuer jusqu’à nous grâce à plusieurs lignées de nagual (= chaman toltèque) qui ont transmis leur savoir de génération en génération.
L’auteur, Don Miguel Ruiz (1952-), est un nagual né d’une mère curandera (guérisseuse) et d’un père chaman.

Mais venons au contenu, à ces quatre accords extrêmement simples et immédiats, mais pas faciles à mettre en pratique au quotidien (enfin pour moi !).

Premier accord : que votre parole soit impeccable. = apporter soin et attention à notre parole est un véritable geste d’amour pour nous même et pour les autres.  Pour moi, celui-ci est le plus difficile à mettre en place, je me rends compte que parfois je parle pour rien ou je n’utilise pas les bons mots et/ou les bonnes intentions. Bref, j’ai du boulot !

Deuxième accord : quoi qu’il arrive, n’en faite pas une affaire personnelle = le monde ne tourne pas autour de vous. Voilà, pas plus à dire.

Troisième accord : ne faites pas des suppositions = Les suppositions alimentent des pensées souvent erronées, négatives ou inexistantes. Trouvez vos sources d’information, choisissez, triez et ne vous perdez pas dans des délires quand une question posée à la bonne personne pourrait tout résoudre en un clin d’œil. 

Quatrième accord : faites toujours de votre mieux. Dois-je ajouter quelque chose ? Faire nos tâches quotidiennes – petites ou grandes – avec soin, attention et amour nous simplifierait beaucoup les choses et donnerait la juste valeur à nos actions.

Je simplifie beaucoup le livre mais c’est comme ça que j’ai retenu ces « accords » dans ma tête. C’est comme ça que je les vis en tout cas. Cet article était en brouillon depuis UN AN (oui, oui, UN AN) car je ne savais pas comment terminer l’article, il y avait quelque chose de suspendu… Un an après, j’ai ma « fin » car j’ai eu le temps de digérer ce livre. Je peux dire que ces « accords » sont sûrement déposés dans mon inconscient et ils se manifestent consciemment de temps en temps. Les plus durs pour moi sont sans doute le premier et le troisième, et comme je disais plus haut : j’ai du boulot ! Est-ce que j’ai vu ou perçu un changement après cette lecture ? Dans des petites choses oui, par moments. En général je crois qu’il m’a rappelé que la vie est beaucoup plus simple de ce que l’on croit et que pour ma santé mentale je dois rester le plus possible loin du brouhaha du monde extérieur.

Et vous, quels sont les accords plus difficiles à pratiquer ??

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *