PENSER

Far niente

Bon, après une looongue pause estivale, je reprends du service !

Dans ce premier article de rentrée, je souhaite vous parler du far niente, dans le sens de se laisser vivre sans programmer les choses, sans réfléchir ni au futur ni au passé, sans se poser des objectifs ou dates butoires… Pour faire court : donner du repos à la tête et à l’esprit.

La pause estivale se prête bien à cet exercice car normalement on arrive à prendre des vacances (je dis bien normalement car je suis consciente que ce n’est pas la réalité pour tous, hélas). Mais partons du fait qu’on a à peu près tous des vacances, au moins une fois dans l’année, peu importe la période.

Comme toutes les étés, je choisis toujours de partir sans ordinateur (il me suit déjà suffisamment toute l’année…). Je déconnecte les mail, toutes les notifications, je désinstalle Messenger (que je n’ai plus réinstallé depuis !) et je ne programme r-i-e-n ou presque (juste voir des amis). Je dors énormément, la seule activité que je fais est du yoga (à mon envie et rythme), je lis et je mange ce qui me fait le plus plaisir. Je passe du temps avec mon chéri, ma famille et très peu d’amis. Ça peut sembler “isolant”, ça l’est, mais j’aime ça, c’est vraiment ma façon de me reposer.

En revanche, comme chaque année – et peut être encore plus cette année – j’ai du mal à lâcher prise. Ma tête a besoin d’un certain temps avant de déconnecter complètement (des obligations, des pensées, des projets…). Il me faut environ 4-5 jours avant de “rentrer” dans les vacances.

Lâcher prise, complètement, c’est difficile. Ne rien faire est déjà compliqué en soi, car malgré moi les rythmes du monde s’imposent sur les miens et “freiner” constamment peut être fatiguant à la longue. De plus, un sentiment de culpabilité peut facilement s’installer, comme si on avait besoin « d’avoir le droit » de rien faire. Il m’a fallu environ une semaine pour arriver à retrouver mon silence.

Regarder le ciel, laisser l’esprit s’ennuyer, ça me fait un bien fou. Je l’oublie à chaque fois, et à chaque fois je me dis qu’il faut que je me le fasse tatouer quelque part pour me le rappeler plus tard. C’est à ces moments là, de silence et d’immobilité, que les choses les plus essentielles/plus cachées/plus vraies font place et viennent à la surface.

Donc un grand OUI au far niente, au repos, à la contemplation du ciel, au silence, à écouter son cœur qui bat et c’est tout.

J’espère que vos vacances vous ont fait du bien.

Belle rentrée à tous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *