Gaga People

Après des mois, je vous parle enfin du workshop Gaga People que j’ai fait à Bordeaux avant l’été. J’ai “digéré” ce stage uniquement quelques semaines après, tellement il a été intense et bouleversant. Pas forcément au niveau musculaire, quant au niveau émotionnel.

COMMENT ÇA SE PASSE UN WORKSHOP GAGA PEOPLE ?
Tout d’abord, les ateliers Gaga People sont ouverts à tout le monde. Pas besoin d’être un danseur ni un athlète ni rien du tout. Tu te ramènes comme tu es, point. Ça dure une heure et ça se passe à portes fermés, personne peut y assister. De plus, la salle ne doit pas avoir des miroirs. Bon, ça peut intimider mais croyez-moi, tout se passe dans une ambiance très détendue et drôle.

Ensuite le stage commence, dès le début on vous prévient qu’il ne faut pas arrêter de danser, le corps devra continuer à bouger durant les 60 minutes qui vont suivre (zéro pause, ni pipi ni ajustement du legging). C’est tout. On suit le danseur qui mène l’atelier et basta.

LE WORKSHOP
Pour moi ça a été une expérience littéralement bouleversante. Cette “technique”, si on peut l’appeler comme ça, équivaut presque à une psychanalyse, sauf que j’en étais pas du tout au courant. Je n’avais pas d’a priori, je connaissais Naharin via le film Mister Gaga et Youtube… Disons que je suis arrivée à la salle de danse sans aucune expectative.

L’atelier est génial car cette technique essaie d’estomper la mémoire des mouvements du corps, une mémoire qui s’écrit depuis bien avant notre naissance. Une mémoire dont nous n’avons pas forcément connaissance mais qui vit en nous et influence notre corps, nos actions, notre pensée. C’est comme si on remettait le corps “à zéro” et on lui donnait la possibilité de s’exprimer selon son instinct, librement, sauvagement, sans inhibitions. Tout type de mouvement est accepté. On bouge, une heure, non stop, les yeux fermés, les yeux ouverts, comme si on existait uniquement dans l’instant présent. Parce qu’on existe uniquement que dans l’instant présent.

Il y a un fond sonore qui est génial, qui passe du hip-hop au jazz au classique au contemporain, à la musique d’ambiance… un enchaînement très prenant. Au bout d’une heure on est vidés, transpirants, libérés, les yeux écartés prêts à rencontrer à nouveau le monde dehors.

APRÈS LE WORKSHOP
Pour moi, l’inattendu est arrivé après le workshop. Je suis partie de la salle et en rentrant chez moi je me suis posée sur le lit pour y rester quelques heures, en regardant le vide. Et en pleurant. Oui, en pleurant, et pas une larme d’émotion soudaine, non non, j’étais vraiment en pleurs. La raison est que cet atelier a touché des choses que je n’étais pas prête à voir, à accepter, à ressentir. Et toucher ces choses là, sans préavis, sans avoir véritablement choisi de les voir, peut être dangereux.
J’ai adoré ce travail et maintenant je comprends bien pourquoi en Israël les gens suivent ces cours comme une véritable “thérapie”. Parce que ça l’est. C’est une thérapie qui passe par le corps sans filtres, et direct arrive au cœur.
Pour cette raison, je suis partagée sur conseiller à des personnes que je ne connais pas cet atelier. Ce que je peux vous dire est : allez-y doucement, en sachant que ce n’est pas un atelier “traditionnel” de danse contemporaine.

Sake the dust. Go wild. Find your groove.

Share

About Barbara

You May Also Like

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *