BOUGER,  PENSER

Born to Run

Born to Run, j’y suis venue presque par hasard. J’ai commencé à courir. Et ça m’a plu. Ensuite j’ai commencé à lire des revues et des articles qui me passaient sous la main. Jusqu’au jour où j’ai entendu parler de « l’incontournable » livre. La curiosité m’a piquée et je l’ai commandé.

J’ai eu du mal au départ. J’ai eu l’impression de devoir me forcer à lire, chapitre après chapitre, une sorte de docu-fiction, qui parlait du sport que je pratiquais, mais qui allait aussi bien plus loin, à coups de digressions et d’études scientifiques diverses et variées. Et, au bout d’un moment, sans vraiment savoir pourquoi, je ne l’ai plus lâché. J’ai commencé à le dévorer.

Au fur-et-à-mesure de ma lecture, je me suis rendue compte que j’avais un réel besoin d’exprimer mon ressenti face à ce que je lisais, de relater ça à quelqu’un tellement c’était fort. C’est mon mari qui a été la première victime. Puis je l’ai offert à mon père (non coureur), qui l’a fait lire à ma mère (également non coureuse). Je l’ai offert à ma belle-sœur, qui souffre d’une blessure chronique similaire à celle qui est le point de départ du livre, et ainsi de suite.

Plus j’en parlais, plus je me rendais compte des informations absolument extraordinaires que me révélait l’auteur. La véracité des propos, l’appui scientifique, et l’aspect somme toute romanesque de cette aventure hors normes, m’ont séduite.

Ainsi, ce livre est devenu mon livre « de chevet ». J’en parle à tout le monde, coureur ou non (promis, je n’ai pas d’actions dans la société d’édition). Mais le contenu de ce livre a chamboulé non seulement ma manière de penser la course à pied, mais aussi plus globalement tout mon mode de vie, mon alimentation, mon regard sur les autres, mes objectifs à court ou long terme. Je prends un grand plaisir à le relire tous les ans, en savourant chaque page et chaque info comme si c’était la première fois que je la découvrais. Vous avez dit groupie ? 🙂

Bref, je ne veux pas vous en dire trop sur le contenu en soi, simplement vous donner suffisamment envie d’aller le LIRE et de ne pas vous laisser décourager si les premiers chapitres sont stylistiquement un peu plus ardus pour entrer dans l’histoire. Non seulement le livre dresse les portraits de personnes (réelles) fabuleuses et fascinantes qui sont maintenant devenues une source d’inspiration pour moi, mais ce livre, comme son titre l’indique, expose aussi une chose fondamentale : nous sommes TOUS nés pour courir. Je rajoute le « tous » car je reste persuadée que nous pouvons tous apprendre de cette pratique et progresser.

Ce que raconte le livre serait d’autant plus compliqué à vous synthétiser ici, tellement c’est dense. Mais ce qu’il m’a appris, c’est que la course, ce n’est pas la tenue que tu portes, ou les chaussures dernier cri, ou encore le nombre d’abdos que tu arrives à faire, mais une activité pour laquelle nous sommes nés. Les hommes du Neandertal, afin de manger, ont chassé en pratiquant la chasse-course jusqu’à épuisement. Courir était un mode de survie de l’espèce.

La principale raison pour laquelle le livre a aussi connu un tel succès, c’est la mise en avant du minimalisme, ou barefoot running (autrement dit « course pieds nus »). Préconisant une gestuelle aussi proche que possible de la foulée naturelle, le barefoot nous écarte du marketing sportif des grandes marques qui nous proposent depuis des décennies des chaussures avec un maximum d’amorti, et encouragent une pratique plus proche du sol. Le pied, devant alors s’adapter à son terrain, se pose différemment. Le fait de ne plus entourer son pied d’un coussinet de protection oblige les articulations à davantage travailler, et ainsi se renforcer, évitant les blessures. En somme, la pratique barefoot a connu, grâce à Born to Run, un bond médiatique en avant. Je suis persuadée moi aussi que c’est LA manière de courir et progressivement, je conditionne mon corps au minimalisme 🙂

Même si vous n’aimez pas la course à pied, ce livre peut également vous intéresser, car on y aborde des questions d’alimentation, de bien-être physique, de rencontres avec d’autres cultures, d’aventures hors normes. Donc si vous n’avez pas lu Born to Run, lisez-le. Et si c’est déjà fait, faites comme moi, replongez-y !

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *