BOUGER

1er marathon : journal de l’entraînement SEMAINE 1

Avec cet article, je vais commencer une petite chronique hebdomadaire de mon entraînement pour arriver à courir le marathon de Paris, mon premier. Je n’ai pas de secrets à raconter, tu ne trouveras pas ici des conseils pour courir un marathon sans souffrir, mais je me suis dite que ça peut être utile à beaucoup de personnes qui souhaitent se lancer dans un tel défi et qui n’osent pas ou qui se posent beaucoup de questions (je suis trop lent / je suis trop lourd / je suis trop poilu, etc…)

D’ores et déjà, si tu as envie de courir un marathon : faisle !

Personnellement, ça faisait longtemps que l’idée me trottait dans la tête, et là le bon moment est arrivé. Plusieurs personnes de mon entourage se sont inscrites et cette année a visiblement commencée sous le signe du mot challenge, alors : allons-y !

Je ne sais pas comment le contenu de ces articles va évoluer, c’est mon premier entrainement marathon et donc la première fois que je fais subir à mon corps un effort pareil. Je ne suis pas une athlète et surtout je ne cours pas comme une gazelle. La vitesse maximale à laquelle j’ai couru jusqu’à maintenant est de 10km/h sur des courtes distances.

Chrono à part, je ne sais même pas si je vais réussir à tenir cet entrainement.

Écrire ces billets va me motiver, comme beaucoup d’autres choses. Et motiver les autres, me motive à mort.

Je vais tâcher d’être la plus honnête possible, sans vous dire que chaque sortie est un cadeau de dieu et que dès que je me lève je rêve du moment où j’irai courir. Parfois ça m’arrive, parfois non.

Pour info : voici l’entrainement que je suis >>> clique ici <<<

DSC_0199

SORTIE 1
Hier, j’ai commencé le premier jour d’entrainement : une demie heure de course et du fractionné.

C’était dur mais je me suis éclatée. Encore plus quand, une fois à la maison, j’ai regardé ma montre et j’ai vu que durant le fractionné j’ai été très constante : Yuppidobidouuuuu !!! (Normalement durant le fractionnée je suis en déclin constant vers le sol, comme une tartine au beurre).

Je suis rentrée chez moi toute contente parce que je m’étais dit en début de course que je devais arrêter de penser au chrono. Je me suis dit :  « bon tu sais quoi ?! Tant pis si je ne ferai pas du 14km/h en fractionné car je ferai de mon mieux quoi qu’il arrive ! ». Et voilà comment j’ai fait mon premier entrainement de façon très épanouie. Je me suis amusée.

Je veux finir le marathon, j’y arriverai et je donnerai le meilleur de moimême car la course à pied m’a fait découvrir le meilleur de moimême. C’est aussi pour ça que je cours. Pas pour un chrono, ni pour des stats.

SORTIE 2
Ce fut une véritable catastrophe en termes de performance ! Il faisait très chaud et j’étais trop habillée. Je déteste ça. La vie est dure. Bon, tant pis, j’ai quand même fait mon entrainement.

SORTIE 3
YAYYYYY !!! J’ai battu mon record sur 5km 🙂 Ça m’a beaucoup remonté le moral après la sortie 2. Mis à part cette amélioration en termes de chrono (même si je m’en fiche à la base, mais ça fait quand même plaisir), j’ai couru beaucoup mieux durant tout le parcours.

À noter que je suis sortie sans musique : je craignais beaucoup ça, car normalement je m’ennui facilement quand je cours toute seule, mais là ça a eu l’effet contraire. Je me suis calée sur mon pas et je ne l’ai plus lâché ! Je n’aurai pas tenu 10 km car au bout de 5 j’en avais marre de parler à moimême et d’écouter uniquement le bruit de mes pas, mais ce fut une expérience. Je réessayerai pour voir si ça a réellement un effet.

Autre chose, je ne suis définitivement pas une coureuse du matin ! Pour moi, le créneau idéal de course à pied est 15h (bon dans un monde idéal, j’ai le droit de rêver). Le matin mon corps a besoin de beaucoup de temps pour se mettre en marche. De plus, j’aime prendre mon temps et me dédier à des activités douces comme la méditation ou des étirements issus du pilates/yoga. À partir de 11h je commence à entrer dans le « créneau actif » et 15h – repas léger et très haut en nutriments – je suis opé pour aller courir et faire brûler le béton ! (je suis en vacances, ça se voit ??)

SORTIE 4
Malgré la pluie, le vent et toutes les mauvaises conditions atmosphériques de la planète (car apparemment tout le monde a couru sous la pluie aujourd’hui), j’ai abandonné le canapé vers 15h pour ma sortie longue.

Le canapé était très déçu, tant pis.

J’ai d’abord calculé mon parcours sur calculitineraires.fr et je me suis lancée sur 13km, seul stop prévu à 8km chez mon grand père. Je suis sortie sans eau ni nourriture, mais cela ne ma pas manqué. Une fois chez mon grand père, j’ai pu boire une orangeade et c’était suffisant.
Sortie très agréable, j’ai fait 13km en 1h30 pile-poil et j’en suis très contente !


Le bilan de cette première semaine est le suivant :

> 14h30 / 15h est mon heure idéale pour courir
> si je mange beaucoup de produits laitiers, je cours moins bien le lendemain (oui, j’ai exagéré avec le yogourt aux pistaches avec éclats d’amandes…)
> si je cours sans musique, je cours plus rapidement !!! (grosse grosse révélation)
> le parcours fait jusqu’à maintenant avec mon kiné s’est révélé fondamental : je n’ai plus mal ni à l’épaule droite ni au niveau des lombaires, et je sens mes anches plus stables. Ma cheville et mon genou droit sont toujours plus faibles que la partie gauche, mais il ne peut pas faire les miracles non plus.

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *